Posted in Interview

Chien et chat, comment cohabiter sereinement ?

Chien et chat, comment cohabiter sereinement ? Posted on 26 avril 2020

Quelles sont les astuces pour que chien et chat fassent bon ménage sous le même toit ? Comportementaliste éducatrice canin et félin dans le Vaucluse (PACA), Camille Baldini nous guide étape par étape vers une cohabitation réussie.

Tout commence dès la première rencontre qui demande un protocole particulier. Mais heureusement, lorsque Filoche et Pilou sont partis sur de mauvaises bases, voire que des rancœurs sont installées depuis des mois, cela se rattrape. Voyons ce qui peut être mis en place en amont, le jour J puis sur le long terme !

« C’est qui celui-là ? »

EN AMONT : PRÉPARER LA RENCONTRE CHIEN ET CHAT

Têtes de Truffe : Lorsque l’on prend un second animal, que le premier arrivé soit un chien ou un chat, on imagine une famille de poilus idyllique, avec une entente parfaite entre chaque membre… La réalité est parfois toute autre si on ne prépare pas bien « le terrain » !

Camille Baldini : Effectivement on garde souvent en tête ces jolies images de chat et de chien dormant collés-serrés ou se faisant des supers parties de jeux. Cela peut arriver, évidemment, mais ce n’est pas la majorité des cas.
On a souvent des attentes très élevées au sujet de la cohabitation de nos animaux. Il est normal qu’un chat et un chien ne s’entendent pas parfaitement, tout simplement parce qu’ils ne font pas partie de la même espèce : leur communication est différente, leurs besoins sont différents…

Je considère qu’à partir du moment où un chien et un chat arrivent à cohabiter ensemble et que cette cohabitation est sans danger (pas d’agression de l’une ou l’autre des espèces), nous devons nous estimer heureux.

N’en demandons pas plus et oublions ces douces images de chiens et de chats se faisant des papouilles ou partageant le même panier. Ce dernier cas a plus de probabilités d’arriver lorsque les animaux arrivent bébés et grandissent ensemble.
Dans les autres cas, tout va dépendre du caractère de l’animal, s’il est à l’aise notamment avec le changement. Si un chat ou un chien a déjà vécu avec un congénère d’une autre espèce cela peut être plus simple aussi d’intégrer cet animal dans notre foyer.

Zones de repli : proposer des surfaces en hauteur pour le chat, un point capital !

Mais il n’y a pas de généralités, toutes les situations sont différentes car tous les animaux sont différents, les humains sont différents, les environnements sont différents… Je peux être amenée à intervenir dans différentes situations :

  • En amont de l’arrivée de l’animal, ce qui est idéal car cela nous permet d’anticiper et de préparer au mieux l’introduction
  • Lors des premières semaines de cohabitation car les propriétaires ne savent pas interpréter le comportement de leur animal (« Est-ce du jeu ? de l’agression ? dois-je intervenir ? »)
  • Ou après déjà plusieurs mois de cohabitation difficile. Cette dernière situation est la plus compliquée à gérer car on a laissé s’installer la problématique, on a essayé de trouver des conseils à droite à gauche plus ou moins pertinents et la situation a empiré de jour en jour…

Têtes de Truffe : Les tests d’entente réalisés au préalable par les associations par exemple peuvent-ils être fiables ?

Camille Baldini : Le comportement d’un animal varie d’un environnement à l’autre. Mais il est aussi différent vis-à-vis d’un animal ou d’un autre. C’est difficile de faire des généralités. Cependant on peut tout de même avoir des pistes en observant les animaux :

  • Un chien qui, à la vue d’un chat, aboie, grogne, a la queue entre les jambes, une crête sur le dos (liste non exhaustive), laisse présager un chien qui n’est pas à l’aise avec les chats, ce qui peut amener à des réactions agressives de défense.
  • A l’inverse, un chien qui les observe sans forcément aller au contact ou qui s’en approche de manière calme et sereine pourrait nous rassurer quant à une future cohabitation. Mais là tout dépendra encore du caractère du chat que l’on a en face.
Crédit Photo : Camille Baldini.
  • De l’autre côté un chat qui, à la vue d’un chien, va feuler, grogner et rester en position statique queue ébouriffée, dos rond (liste non exhaustive), nous laisse penser que ce chat a peur et qu’il pourrait se mettre à attaquer d’un moment à l’autre.
  • Pour le chien comme pour le chat, il est important d’apprendre leur communication et de repérer les signes d’inconfort, d’agacement, de peur, etc.
    [N.D.L.R. Côté chien, vous pouvez parcourir la rubrique Vidéos et la rubriques Visuels pédagogiques des Têtes de Truffe, ainsi que vous procurer le livre « Les signaux d’apaisement. Les bases de la communication canine » de Turid Rugaas.]

Il est tout de même recommandé de faire des « tests » en amont de l’adoption d’un chat ou d’un chien si dans notre foyer actuel il y a déjà l’un ou l’autre, tout en gardant en tête que cela peut être totalement différent une fois à la maison.
Par ailleurs, il y aura toujours une phase d’adaptation qui peut être plus ou moins longue en fonction de l’animal.

Je ne conseille pas d’emmener votre chat chez un ami qui a un chien, cela représenterait beaucoup de stress pour ce chat et les tests ne seraient pas concluants.
Mais l’inverse peut être intéressant pour voir les réactions de votre chien vis-à-vis d’un chat chez vos amis. Bien sûr cela doit être fait dans le respect de ce dernier (inutile de le stresser lui aussi, ne faites pas participer un chat qui ne voit jamais de chien ou a déjà mal réagit auparavant sur d’autres), et toujours avec un maximum de sécurité (chien en laisse sur harnais, et éventuellement muselière introduite positivement en amont).

Il faut aussi avoir conscience que le comportement du chien est différent vis-à-vis du chat de la maison et des autres chats. Un chien peut tout à fait cohabiter de manière sereine avec un chat parce que ce sera le chat du foyer…mais être amené à aboyer ou courser les autres chats en extérieur.

LE JOUR J : LA RENCONTRE DU CHIEN ET DU CHAT

Têtes de Truffe : La première rencontre est-elle cruciale ? Peut-on rattraper des débuts chaotiques ?

Camille Baldini : La première rencontre est très importante et il est vivement recommandé de faire appel à un professionnel avant l’arrivée de l’animal pour être conseillé sur la manière de s’y prendre, les bons comportements à avoir…
Attention par exemple à la contagion émotionnelle. Le comportement des humains est primordial lors de la première rencontre et des premières semaines de cohabitation entre le chien et le chat. Si les humains sont stressés, angoissés, paniqués, cela va se ressentir sur les animaux. Evidemment ce n’est pas facile mais il faut essayer d’être le plus neutre possible dans son comportement, le plus détendu possible pour que le climat soit serein et aide à la cohabitation.
Pas de panique si la première rencontre se passe mal : on peut tout à fait faire évoluer les choses. Heureusement les animaux ne sont pas rancuniers, ils vivent le moment présent.

A ne pas faire :
Oups, mauvaise idée ! Une bonne présentation demande du temps et de l’espace pour commencer.

Souvent lors de la première rencontre on a tendance à prendre le chat dans les bras et à tenir le chien. Ou encore à mettre le chat dans sa boîte et à laisser le chien tourner autour (et inversement) : surtout pas. Coincés, bloqués, obligés d’affronter l’autre, les animaux peuvent avoir peur et avoir une réaction agressive.
On oublie et on procède plutôt étape par étape.

Si c’est un chien qui rejoint le foyer

On pourra par précaution le garder en laisse ou en longe accrochée sur son harnais (pas de collier car il pourrait s’étrangler s’il bondit) et utiliser des friandises à distribuer lorsqu’il verra le chat. L’idée est d’associer le chat à quelque chose de positif.
La sécurité est très importante. Quand on ne peut pas surveiller les deux animaux il vaut mieux les séparer – du moins les premières semaines le temps de voir comment se met en place la cohabitation.
Il est important de veiller à ce que, de manière générale, les besoins du chien soient comblés. Une balade calme où l’olfaction est privilégiée avant la fameuse rencontre l’aidera à se poser davantage par exemple.

Si c’est un chat qui rejoint le foyer

Je préconise toujours d’installer dans un premier temps le chat dans une pièce séparée, afin qu’il s’habitue à sa nouvelle maison en elle-même, sans y ajouter en plus les émotions liées à un autre individu.
Les présentations se feront dans un second temps. Cependant, on peut déjà faire sentir les affaires du chat au chien et lui distribuer des friandises lorsqu’il passe devant la pièce. Idem avec le chat.
Ils prendront de toute façon des informations olfactives à travers la porte. Cela peut prendre quelques jours à quelques semaines : il faut s’adapter à chaque individu et ne jamais être trop pressé. Nous posons les fondements d’une future relation.

Crédit Photo : Un chien dans ma vie.

SUR LE LONG TERME : LA COHABITATION ENTRE CHIEN ET CHAT

Têtes de Truffe : Les chats et les chiens n’ont pas les mêmes besoins, rythmes, et n’utilisent pas l’espace de la même façon il me semble ? Doit-on réadapter nos pièces ?

Camille Baldini : En effet, la première chose à laquelle il faut penser est l’aménagement de l’environnement. Il est très important de partager l’espace pour les deux espèces :

  • On peut réserver des pièces au chat qui seront donc interdites aux chiens. Dans ce cas on pourra installer des chatières (si besoin avec lecture de puce) ou des barrières pour délimiter les espaces de chacun.
  • Si on a une maison avec étage, il peut être aussi réservé au chat. Ainsi les ressources du chat (gamelles, litières, eau, couchages…) seront inaccessibles au chien. On évitera donc le stress du chat qui peut par la suite créer des problèmes de comportement (le chat ne fait plus dans sa litière car il est souvent dérangé par le chien) ou les soucis côté chien du type vol de croquettes…ou vol de crottes.
  • Dans les espaces communs au chat et au chien, il faut mettre des points en hauteur pour le chat : arbres à chats, recoins sur vos étagères, dégager le haut du frigo ou le haut d’une bibliothèque… Il existe même des parcours muraux très design ! Si le chat se sent en danger, il pourra ainsi se réfugier en hauteur pour se soustraire au chien, voire quitter la pièce sans avoir à toucher le sol.
Des recoins, des pièces réservées, de la hauteur…

Têtes de Truffe : Souvent, on se focalise sur le comportement du chien en particulier. On peut donc avoir tendance à le gronder parce qu’il est trop brusque avec le chat. Quel est le risque ? On lit aussi parfois « Laissez le chat recadrer le chien, il apprendra avec les griffes ! »

Camille Baldini : On a souvent peur de la réaction du chien, ce qui est compréhensible car il est dans la majorité des cas plus gros que le chat. On a donc tendance à hausser le ton, à le punir de manière plus ou moins sévère. Or, si le chien a des réactions de peur vis-à-vis du chat, le fait de le gronder ne fera qu’amplifier cette peur car on va venir ajouter du négatif à la situation. Et, à l’inverse, si le chien s’entendait déjà bien avec le chat mais jouait juste de manière un peu brusque, on risque, alors que les ententes étaient bonnes, de faire évoluer la relation vers quelque chose de négatif. Bien dommage !

Dans tous les cas, punir et gronder n’est pas la bonne solution et sera contre-productif. Cela va ajouter du stress, de l’incompréhension et en aucun cas n’apprendra aux animaux quel est le bon comportement à avoir. Oubliez les colliers coercitifs pour le chien, les gros bruits qui feront peur pour l’un comme pour l’autre, les sprays à eau ou à air, etc. Et bien sûr, on n’attrape ni l’un ni l’autre par la peau du cou.

  • Il faut plutôt récompenser et valoriser les bons comportements, notamment le calme lorsque les animaux sont en présence l’un de l’autre.
  • Ne pas hésiter à les séparer (sans les punir) si l’on voit que l’un ou l’autre est mal à l’aise ou commence à s’énerver. Inutile d’attendre que le chat soit à bout et griffe. Premièrement ce n’est pas son rôle d’éduquer le chien, et deuxièmement cela peut très vite dégénérer.
  • Il est important de comprendre le comportement et la communication du chien pour anticiper tout accident potentiel. Tout comme il faut veiller à combler ses besoins nous l’avons vu. Sans promenade quotidienne de qualité, un chien peut vite trouver un exutoire dans la course-poursuite du chat ou les aboiements intempestifs par exemple…
  • Proposer des activités invitant à l’apaisement et donner à chacun des jouets adaptés également. L’un a besoin de faire ses griffes, l’autre de mastiquer, etc.
  • Faire appel à un professionnel si on a un doute sur les échanges entre notre chien et notre chat est plus que recommandé. Il pourra vous apprendre à mieux observer, comprendre les comportements parfois subtils du chat et du chien et vous conseiller sur la gestion de leur quotidien.
Des occupations apaisantes adaptées à chaque individu – notamment masticatoires pour le chien -, des zones spécifiques pour le repos, les besoins et l’alimentation, des associations positives à chaque interactions…
Quelques clés essentielles pour que chien et chat s’apprécient !

Il est très important d’observer ses animaux et leur comportement sans pour autant intervenir à chaque interaction.

Moments de tension : l’équilibre à trouver dans nos interventions

Une intervention inadaptée amènerait du stress et ne permettrait pas aux animaux « de faire connaissance ».
Notre objectif : lorsque les animaux sont ensembles, proches les uns des autres ou dans la même pièce, l’expérience doit être positive pour tous les deux. On peut donc les féliciter, les caresser s’ils apprécient cela, leur donner des friandises de forte valeur…
Il ne faut surtout pas gronder l’un ou l’autre des animaux. Si le chien « vole » les affaires du chat, on peut lui apprendre le troc par exemple.
Si on voit que l’un ou l’autre n’est pas à l’aise et que la situation nous effraie, alors on les sépare mais de manière calme et sans reproches sinon nous risquons de créer des associations négatives vis-à-vis de l’autre animal.

Crédit Photo : Un chien dans ma vie.

Têtes de Truffe : « S’entendre comme chien et chat » dit l’expression populaire… Peut-on espérer de grandes amitiés entre nos poilus ?

Camille Baldini : Certains individus vont être fusionnels, quand d’autres évolueront à travers la maison en s’ignorant. Comme je le disais tout à l’heure, il n’y a pas de généralités. Tout dépend aussi de ce qu’on entend par « s’entendre » ? Pour moi deux espèces peuvent tout à fait cohabiter ensemble de manière sereine sans pour autant dormir ensemble, jouer ensemble, manger ensemble…

On rappellera que ce sont deux espèces différentes.
On leur impose de vivre ensemble, de partager leurs ressources et cela peut être une véritable source de stress.

De manière générale, il est crucial de réfléchir lorsqu’on décide d’adopter un autre animal, que ce soit un chien ou un chat. Ici encore, nous sommes là en tant que professionnels pour conseiller au mieux et éviter ainsi les erreurs de casting qui pourraient mener à des abandons ou à des replacements. Bien que je n’aie jamais eu à aider au replacement d’un animal dans le cas d’une cohabitation dangereuse entre ces deux espèces, cela peut évidemment se produire. Même si l’on a pris toutes les précautions dès le départ et que l’on s’est fait aider par un professionnel, il arrive que le quotidien soit difficile à vivre, que l’environnement ne soit pas ré-adaptable, que le stress soit présent chaque jour ce qui renforce la problématique… Alors un replacement peut être envisagé et il est aussi de notre devoir de professionnel d’accompagner nos clients dans cette difficile épreuve.

Crédit : Peretz Partensky.

Vous l’aurez compris, il est important de bien analyser votre situation en amont, de procéder étape par étape pour la rencontre, de connaitre et respecter les besoins et la communication de chaque espèce, de multiplier les interactions positives, d’oublier les punitions et de ré-agencer l’environnement si nécessaire.

De nombreuses autres subtilités existent, cet article est une introduction pour une relation réussie entre chien et chat, n’hésitez donc surtout pas à vous faire aider dès le début.

Crédits : virginieblancher.fr

Et pour aller plus loin :

Vous pouvez retrouver Camille Baldini sur son site et sur sa page Facebook. Elle y organise régulièrement des lives sur les chiens et les chats ! Camille fait également partie du collectif Catus.
Pour mieux comprendre votre chat, vous pouvez aussi suivre les Educhateurs sur Facebook (site) ou parcourir par exemple le blog d’Absolument Chat.

A bientôt pour une nouvelle interview !